HTTP://WWW.ATOUSUD-CAMARGUE-ALPILLES.FR

LES JEUX GARDIANS


On peut dire que ces jeux auxquels le cheval camarguais s’adapte si parfaitement, ont été crées avec lui et pour lui. En effet les chevaux Camargue peuplaient jadis les écuries pontificales d’Avignon où l’on recherchait la blancheur de leur robe. Il fallait même qu’ils fussent ladres, c'est à dire qu'ils eussent la peau du museau et des yeux roses, ainsi que les sabots. C'est sur des chevaux Camargue que les cavaliers de la cour pontificale d’Avignon, qui a été la plus illustre et la plus splendide du monde, exécutaient le tournoi des écharpes, de l’épervier et d’autres dont les noms sont arrivés jusqu'à nous


LE SAUT DE CHEVAL A CHEVAL

Un cheval est lâché en piste et poursuivi par un cavalier. Un autre gardian à cru sur sa monture colle au cheval libre, le saisit par la crinière et l’enfourche.

LE JEU DES CHAISES

C’est l’exécution à cheval de la polka des chaises. Ce jeu s'exécute à cru et permet aux cavaliers de démontrer leurs aptitudes pour la voltige

LE JEU DES ORANGES

Des arlésiennes prennent place deux par deux le long de la barrière et tiennent à bout de bras un plateau sur lequel est disposée une orange. Un cavalier lancé au grand galop doit saisir le fruit de la main droite.

LE JEU DES AIGUILLETTES

ou jeu de la Bague

À l’aide d’une lance un cavalier au galop doit enfiler un anneau de trois centimètres de diamètre suspendu à une potence.


TOURNOI DES ECHARPES

en provençal «la parado di cherpo «


Quatre cavaliers ou plus divisés en deux camps portent chacun, au bras droit une écharpe de couleur différente pour chaque camp. Ils se provoquent à tour de rôle et luttent deux par deux, l’un cherchant à enlever l’écharpe à l’autre, sur lequel il a barre, jusqu’à ce qu’un troisième cavalier survienne. Le poursuivi rentre alors dans son camp et l’ex-poursuivant devient à son tour le poursuivi.

 Le camps gagnant est celuiqui a enlevé trois écharpes.

TOURNOI DE L `EPERVIER

Ce jeu oppose 3 à 5 cavaliers. Deux refuges sont indiqués par une ligne au bout de la piste. L’un des cavaliers « la colombe « , traverse la piste d’un refuge à l’autre en portant à la main droite un bouquet. Les autres cavaliers, « les éperviers « perpendiculairement à la trajectoire du premier, des deux côtés de la piste foncent sur lui et essayent de lui enlever le bouquet. Chaque cavalier devient à son tour la colombe et traverse quatre fois de suite la piste. Le cavalier victorieux remet le bouquet à sa Dame.

Si un cavalier est touché poignet par la main de son adversaire il doit lui remettre le bouquet.

Le vainqueur est cavalier qui a le plus grand nombre de bouquets

Accueil Actualités Evènements Bons plans Recettes Traditions Patrimoine Réceptions Multimédia Contact
Retour page "Traditions"